ID-100165237Aujourd’hui tout va très vite. Les changements sont continuels, les informations pléthoriques, les moyens de communication démultipliés, tant et si bien que l’on ne sait plus discerner ce qui est essentiel et où l’on va.

 

Notre société, dont le niveau d’éducation est de plus en plus élevé, nous a donné plus d’autonomie mais nous a fait perdre, dans le même temps, le sens profond de nos actions.

 

Entreprendre, c’est donner du sens à ce que l’on fait. Or en France, nous favorisons les compétences techniques au détriment du sens qu’elles ont ou pourraient avoir. Pour preuve, dans l’Hexagone, seulement 4% d’une promotion d’ingénieurs mettent à profit les compétences acquises pour créer leur entreprise, contre 25% en Europe.

 

La perte de sens se vérifie dans de nombreuses sociétés. Il est très fréquent de constater, lors des missions de transition menées par le groupe H3O, que les salariés ont perdu le sens de leur travail. Cet état de fait est dramatique pour les entreprises ! Comment innover si l’on ne sait pas qui l’on est, l’objectif poursuivi et où l’on veut/peut aller ?

 

Redonner du sens est impératif pour sortir de l’écueil d’un monde de plus en plus numérique, qui tend à tout individualiser. Ce sont les Hommes et leurs capacités, aussi bien personnelles que collectives, qui permettent de savoir où se trouve la bonne organisation, et de facto, les rôles qu’ils ont à jouer et dans quel but travailler. C’est seulement lorsque la connaissance de soi est maîtrisée et la démarche collective comprise dans sa globalité que l’entreprise peut se projeter et faire adhérer ses équipes à un projet commun, et, in fine, aller de l’avant.

 

Philippe de Clerville