Marchés volatils, concurrence exacerbée, situation de crise : le moral n’est plus au beau fixe chez les salariés. Les échos négatifs sur la compétitivité de la France et le marché de l’emploi ont un effet direct sur la motivation des équipes qui impacte durement les entreprises. Alors comment mobiliser ses troupes ? Comment transmettre sa vision de l’entreprise et remporter l’adhésion des salariés ?

 

Tout est question de motivation. Simple, me direz-vous ! Et bien pas tant que cela. Les dirigeants sont de réels moteurs pour la société mais ils peuvent également, par leur attitude, la freiner. Quand on est dirigeant, on doit être motivé, et nul doute qu’on l’est, mais on doit également avoir confiance et ne pas laisser les effets du stress nous envahir, car les équipes le ressentent.

Quand le stress s’empare de nous et que le doute s’installe, notre comportement change. L’un se perdra dans les détails quand un autre reproduira des schémas du passé, et un troisième manquera d’objectivité. Ces changements de comportement, quels qu’ils soient, mettent alors les managers dans une position contraire à leurs objectifs. Or, lorsque l’on vit cela, on en oublie forcément pour partie son rôle clé : celui de capitaine de navire, qui donne le cap et ajuste la direction à prendre en fonction de l’environnement changeant de l’entreprise.

 

Courrier cadre

Mars 2013

 

Retrouver la suite de l’article ici.